Le Chameau et l'école

Publié le 2 Mai 2011

Si toi aussi tu as un gnome que tous les jours tu laisses dans la jungle, cet article est pour toi. 

 LeChameauécole

 

Quand il était petit le Chameau était un enfant... un peu comme son frère. Un peu "peur de rien" (à part des avions), autoritaire, et meneur dans l'âme.

Le week-end et l'été, restau oblige, il y a toujours une horde d'enfants chez nous. J'avais un nain qui courrait à la rencontre de ces enfants toujours nouveaux, sans se poser de question. Il était à l'aise, sans complexe, limite dictateur et surtout très apprécié. 

En été, le matin, y a avait toujours une flopée de gosses de tous âges qui se pointait devant chez moi "Il est là le Chameau ?" et je le retrouvais (après l'avoir perdu, c'est monnaie courante chez nous) au bout d'une heure à l'autre bout du camping en train de faire faire des exercices de gym à ses potes. Il avait 2 ans et demi. 


Donc pour moi c'était clair : il n'aurait aucun problème pour s'adapter à l'école. 

Effectivement à l'approche de la rentrée, tous les jours on entendait : "C'est quand l'école ? Ça commence bientôt l'école ? Je veux aller à l'école !!" (la dite école précédemment visitée en juin).

Et le premier jour, (j'avais eu une dérogation de mon gynécologue, car enceinte de 7 mois et déjà alitée depuis 2 mois) on l'avait accompagné dans sa classe, il avait couru jouer à la ferme (on se refait pas) et il s'était à peine retourner quand on était parti. Pas une larme, même pas un petit trémolo dans la voix en disant "au revoir papa et maman !" RIEN. 

Ahhhhhhh j'étais fière comme un pou de mon grand garçon même si mon coeur à moi s'est retrouvé pris dans un étau. D'autant plus que je le laissais dans l'enfer qui avait été le mien 30 ans plus tôt : même école maternelle.

Je retournais me coucher et pensais toute la matinée à mon bébé. Qui évidemment ne voulut rien me raconter en rentrant à midi. 

Les premiers temps j'avais décidé de ne le mettre à l'école que le matin. Et dès le lendemain matin, j'entendis le désormais récurrent : "Je veux pas aller à l'école !"

On se dit alors que ça va passer... mais non ça passe pas. 


Aujourd'hui le Chameau va à l'école toujours à reculons. Évidemment on a fait des progrès depuis la petite section... mais vraiment c'est encore très dur parfois. 

Pendant longtemps on a eu droit à des crises de pleurs le matin. Maintenant c'est fini, mais il est très content quand il n'y a pas école. 

On a un rituel chaque matin. Je l'accompagne jusqu'à sa classe (quand la plupart des enfants sont déposés devant la porte) on dépose son cartable et on cherche son copain J ou son copain L. Quand il les voit, il me fais un bisou et court vers eux. Et je peux m'enfuir le coeur léger.


Et puis il y a quelques jours, j'ai (parce qu'évidemment il choisi les matins où son père n'est pas là pour faire ça) eu droit à une grosse crise de pleurs au réveil. Puis une fois à l'école, il voulait plus me lâcher... "Mais regarde Chameau, y a copain J. qui est là !" Et ben non, rien à faire, au bout de 10 minutes de bataillage, Maitresse C. est venu me filer un coup de main et a pris le Chameau dans ses bras pour que je puisse partir. Lequel s'est immédiatement mis à hurler. Et moi en sortant de là j'ai pleuré. 

Quand je l'ai récupéré, une petite explication s'imposait. Il se trouve en fait, que copain L. a décidé d'un commun accord avec lui même qu'il ne fallait plus jouer avec le Chameau et comme copain L. est un DICTATEUR en herbe, tout le monde l'écoute. "Je suis tout seul dans la cour Maman tu sais."

Là évidemment j'ai eu envie d'aller filer 2 claques à copain L. Nan mais HO ! Et puis mon coeur de mère s'est senti écrasé comme sous un rocher. 

J'ai donc expliqué à mon Chameau que copain L. ne faisait pas la loi et qu'il pouvait très bien aller jouer avec d'autres copains, qu'il n'était pas obligé de rester toujours avec copain L. et sa clique.

Bon depuis, ça a l'air d'aller mieux. L'autre jour il a amené un bouquin à l'école et 3 petits garçons lui sont tombés dessus. Ils adorent les livres ces gosses, incroyable. Puis bon j'ai quand même pris copain L. entre 4 yeux pour lui dire qu'il avait intérêt à jouer avec mon drole sinon gare à ses fesses.

Mais j'aime pas qu'un gnome de 4 ans fasse la pluie et le beau temps dans le coeur de mon Chameau. Parce qu'en plus je sais que ça se passe très bien au delà de la cour de récréation. Il adore sa maîtresse, est très appliqué et intéressé. 


Mais la cour de récréation c'est vraiment la jungle non ?

Rédigé par A L I

Publié dans #Le Chameau et sa Maman

Commenter cet article

Cali 03/05/2011


Ben moi elle en a chié au début (avec crises de larmes TOUS les matins et psoriasis dans les cheveux quand même). Mais en décembre y'a eu un déclic et maintenant elle adore, surtout la récré. Moi
elle se défend plutôt pas mal je pense et je l'encourage à le faire. En plus comme elle est à fond dans la déconne, autant avec les petits gars qu'avec les nenettes, ben elle fédère pas mal. Ca
peut changer et ça changera sûrement mais en attendant je touche du bois !!


Vanessa 03/05/2011


Voui, je sais, pas toujours facile... De notre côté, Eliott s'est fait emm*rd*r par un Samson (non mais les idées des parents pour les prénoms, enfin, bref) et le jour où il lui a éclaté la face
sur le carrelage des toilettes sans raison, j'aurais bien voulu lui mettre ma main sur sa face à lui, petit... euh, je me contiens.

Bref, tout ça pour dire que déjà certains en maternelle ne laissent présager rien de bon (déjà! à 4 ans! l'hallu!!!) et vu ce que je vois dans le collège où j'enseigne, ben je me dis que c'est pas
gagné... (mais là, pas de détails, ce serait trop déprimant à cette heure-ci)


Ratonne 04/05/2011


Nous, nous avons plutôt le problème inverse... Cela ne fait même pas deux semaines que le Ratounet est à l'école et celle qui s'occupe personnellement de lui pour ses débuts à du me dire qu'elle
avait dit aux autres enfants que Ratounet n'est pas un chien et qu'il ne faut pas passer son temps à le toucher.


Pascale, Eléa et Faustine 04/05/2011


Je compatis, je vis la même chose avec ma chamelle de 4 ans 1/2. Je pensais aussi que l'école ce serait finger in ze noze vu sa sociabilité depuis toujours, elle était super impatiente d'aller à
l'école, pas une larme le premier jour de PS, et depuis le deuxième jour litanie "je ne veux pas aller à l'école", pleurs le matin...
Là elle est en fin de MS, elle ne pleure plus mais elle a encore pleuré cette année jusqu'en décembre, et elle aussi a du mal avec ses soit disant "meilleures" copines qui ne le sont plus, elle en
était très malheureuse jusqu'à ce que je lui conseille de jouer avec d'autres et de les ignorer... Dur dur, à cet âge ils peuvent être cruels entre eux !


ladybutterfly 04/05/2011


maintenant que tu sais le pourquoi, tu peux en discuter avec lui et c plus facile de trouver des solutions
bon courage