Quand j'aurai dû mourir.

Publié le 22 Octobre 2010

Tous les matins (et tous les midis et tous les 14 h et tous les 17 h... et oui le Chameau ne mange pas à la cantine), je passe à l'endroit où j'aurai dû mourir. Il y a 16 ans, j'avais un accident de mobylette au beau milieu de mon bled... entre le bar le plus fréquenté, la banque, le garage et la Poste, en plein mois de juillet.

 

J'ai "juste" grillé une priorité à droite, sans savoir du tout ce que c'était à l'époque, parce qu'on m'avait filé une mobylette sans jamais m'expliquer quoique ce soit du code de la route. Donc j'ai été percuté par une voiture (une amie de ma mère en l'occurrence... c'est ça qui est bien dans les petits bleds c'est que t'as une chance sur 2 de te faire renverser par quelqu'un que tu connais).

 

Quand je dis que j'aurai dû mourir c'est que j'ai pas fait un petit dérapage de rien du tout, ou je me suis pas juste lamentablement gaufrée sur le bitume... non non j'ai été percuté sous la selle, qui s'est envolé (et moi avec), pour retomber tête la première dans le pare-brise de la voiture, et rouler ensuite sur le toit pour atterrir dans le caniveau à 10 mètres environ de l'impact initial. Toutes les personnes présentes sur les lieux étaient persuadées que j'étais morte (j'ai engendré un paquet de traumatisés ce jour là, je te parle même pas ce celle qui m'a percuté et qui a fait une dépression et n'a plus reconduit pendant bien longtemps...). Si bien que le pompiste d'en face, (qui avait assisté à la scène d'épouvante) faisait une tête de 10 pieds de long quand ma mère est allée faire le plein de la voiture quelques jours plus tard, jusqu'à ce qu'elle comprenne et le rassure... sans compter les innombrables personnes qui ont appelé à l'hosto pour savoir si j'étais vraiment morte ou juste handicapée à vie.

 

Je ne fais pas les choses à moitié moi. J'ai donné du spectacle, du grand spectacle, pour au final n'avoir... rien. Non rien, même pas un bras de cassé. Je mens, j'ai eu le nez fêlé et une immonde blessure au bras qui a été super mal soignée (hosto de bled merci)et qui me laisse une non moins immonde cicatrice sur le bras, et un bout de mollet qui est passablement devenu insensible au toucher, mais c'est tout (enfin j'étais quand même entièrement bleue et je n'ai pas pu bouger de mon lit sans hurler pendant 3 jours)... Dès la sortie de l'hosto je partais en vacances avec mes potes et je montais à cheval...

 

Je n'ai aucun souvenir du choc. Soit ma bienveillante mémoire l'a totalement effacé de mes neurones, soit j'ai perdu connaissance juste avant de me faire écrabouiller. Je me suis réveillée aveugle et paraplégique... pendant 5 minutes... les plus longues de ma vie. A ce moment là, la première chose que j'ai fait c'est hurler : le cri primal : "Maaaaaaammaaaaaaaaannn". Quand j'ai ressenti la douleur à nouveau dans mes jambes, j'ai fait un grand sourire au médecin qui m'examinait dans l'ambulance. L'hopital se trouvant à moins de 20 mètres de la scène du crime, j'y ai très vite été transporté. Mais je savais alors que j'allais bien.

 

Je crois que ce jour là, j'avais une très bonne étoile au dessus de la tête.

 

J'ai quand même gardé des séquelles psychologiques longtemps... je n'ai pu concevoir de conduire une voiture que 4 ans plus tard, et je ne suis remontée sur un vélo que 8 ans plus tard, sous les encouragements de Monsieur Ali. Je n'ai pas pu traverser une route toute seule pendant 2 bonnes années, pendant lesquelles on devait me donner le bras comme à une grand-mère pour me conduire sur le trottoir d'en face. Quand à un deux roues motorisé, non... jamais plus je n'ai pu monter dessus et jamais plus je ne remonterai dessus. Et s'il y a bien quelque chose que mes enfants n'auront pas le droit de me demander, c'est un scooter... je te parle même pas de moto...

 

Et toi, est-ce qu'il y a un jour où tu aurais dû mourir ? (Racontes moi ça sur ton blog, après m'avoir averti par un com évidemment).

Rédigé par A L I

Publié dans #Mon incroyable vie

Repost 0
Commenter cet article

CecilB2000 31/10/2010 21:30


Je ne mettrais pas de message sur mon blog car j'ai pas trop envie de raconter ce qui m'est arrive (c'est un peu trop frais, debut aout en fait...). J'ai eu un accident de velo (aux pays bas), je
suis rentree dans une bagnole et ai atterit sur le pare-brise. Comme toi, je m'en tire etonnamment bien... Quelques cicatrices et des dents cassees mais rien de permanent. Bref, ce que je voulais
te dire c'est que moi non plus je n'ai aucun souvenir de l'accident. Mais j'ai eu l'opportunite de discuter avec un neurologue ici qui m'a explique que c'est le choc qui a "efface" une partie de la
memoire (attention, on parle des secondes precedant le choc, pas plus). Cette information a totalement disparu et ne peut pas "ressurgir". C'est bien fait quand meme ! Je pense que les conducteurs
des voitures auraient bien aime qu'il en soit de meme pour eux...


A L I 01/11/2010 16:51



Je pense aussi avoir "oublié". C'est très bizarre comme truc quand même.


J'espère que tu t'es bien remise !



opio 28/10/2010 14:00


putain... :-o
et beh...

non pas d'experience similaire à mon actif... (ouf)


A L I 28/10/2010 18:35



Oui tant mieux pour toi hein ! ;-)