L'imposture

Publié le 24 Mars 2015

Bonjour je suis une imposture.

Je vais te raconter ma vie. Et en préambule, ça va être long, t’es averti.

C'est un sentiment que je partage avec moi-même depuis fort longtemps. Enfin au moins depuis le début de mes études supérieures.

Avant ça je crois que je me sentais à ma place, dans un cadre apaisant et rassurant. Je vivais comme une adolescente normale avec des problèmes d'adolescentes.

Bref, j'étais protégée... par mes parents, ma petite ville, mon petit lycée.

Après le bac, il a fallu faire un grand saut dans le vide. Je conviens qu'aujourd'hui ça peut paraître un truc hyper banal, mais à l'époque ça l'était moins, et sûrement pas pour moi.

Mes projets étaient clairs... j'irais faire mes études de cinéma à la fac pour commencer en "art du spectacle" et ensuite j'intégrerais une école de cinéma à Paris. Moi je voulais être réalisatrice de film.

Sauf qu'un jour mon père est venu me chercher au lycée en me disant : "Voilà, on m'a fait une proposition pour toi. Tu as jusqu'à ce soir pour décider mais tu peux pas dire non en fait".

On me proposait de partir un an à l'étranger, d'y suivre une scolarité, en famille d'accueil, tous frais payés, hormis le billet d'avion. Mes parents ne roulaient pas sur l'or, je n'avais pas le choix (enfin surtout pour mon père) on ne refuse pas ce genre de proposition.

J'ai appelé mon copain de l'époque qui m'a encouragé dans cette voie, et j'ai décidé (enfin si on veut) de partir. A 18 ans, c'est sûrement le rêve de plein d'enfants. Et c'était le mien, je dois l'avouer, de quitter le nid. Mais bon là du coup, ça faisait un peu loin et un peu long.

Mon choix c'était porté sur les States évidemment, mais j'étais trop vieille pour le programme donc on m'a relégué sur le Canada anglophone (l'idée étant bien sûr que j'apprenne l'anglais).

Le 24 août 1996, je suis donc partie vers l'inconnu, avec deux énormes valises et une méconnaissance pitoyable de l'anglais.

Ce fut le début de la fin. Je crois que j'ai fait ma première dépression... tu sais, ce qu'on appelle le mal du pays. Heureusement ça n'a pas duré longtemps et j'ai pu rapidement profiter pleinement de l'expérience enrichissante. 

Aujourd'hui je n'ai aucun regret. Ça reste une des expériences de ma vie les plus fabuleuses et je vous conseille carrément d'envoyer vos rejetons très loin en sortant de vos jupes. 

J'étais sortie du nid mais dans un univers très (trop ?) cadré et donc dans une totale sécurité (enfin relativement). 

J'étais très forte de mon expérience quand je suis rentrée et je m'apprêtais à déplacer des montagnes. 

J'allais reprendre le cursus initialement prévu. Une inscription à la sélection d'entrée en art du spectacle m'attendait à mon retour. Mais ce fut la douche froide. Pour la première fois de ma vie, j'étais recalée. MOI ? Moi qui n’avais jusque-là connu que des échecs très relatifs et sans incidence. Je n'avais pas compris ce qu'on me demandait. J'avais tout faux. Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie à côté de la plaque.

Mais qu'à cela ne tienne, j'étais passionnée, j'allais rebondir. Je retenterais l'année suivante. Et je me suis donc inscrite en fac d'histoire de l'art en attendant, histoire de patienter gentiment.

To be continued…

 

Rédigé par A L I

Repost 0
Commenter cet article

Mum taupe 24/03/2015 20:24

J'attends avec impatience la suite de cette aventure qu'est ta vie. Je suis admirative de cette capacité à partir si loin et si vite, je t'admire.

A L I 30/03/2015 13:38

On parle pas de capacité là... j'avais pas vraiment le choix. Il fallait faire plaisir à papa et lui prouver je ne sais quoi.

GreenWitch 24/03/2015 13:53

18 ans pour partir un an loin de ses parents, ça fait drôlement jeune quand même;
Moi à cet âge, je rentrais encore chez mes parents 2 fois par semaine. (ça s'est assez vite espacé par la suite hein)
C"'est pas vraiment étonnant que tu aies eu le mal du pays.

A L I 30/03/2015 13:39

Bah y en a plein qui l'ont fait et qui l'ont bien mieux vécu que moi je crois

Aloès 24/03/2015 13:39

Ah oui quand même, la chute du nid fut rude ! Hâte de lire la suite ;)